Pushkin, ou le chat qui était devenu broche

Pushkin, ou le chat qui était devenu broche

English translation throughout the post, in italic!

Eh bien eh bien, tout arrive, et pour ce premier message depuis des lustres, je peux même parler de quelque chose que j’ai fait de mes dix doigts ! Une broche, en l’occurrence, destinée à une personne en particulier, représentant un chat particulier. Un cas intéressant de création avec des contraintes non seulement thématiques, mais aussi matérielles, puisque mon atelier n’est pas encore installé, ce qui signifie que mes affaires sont toujours en cartons (ouverts et vaguement pré-triés), ce qui rend difficile la localisation de certains éléments. Quelques mots sur le processus.

Weeeell, see who’s finally writing a blog post? And about something I created, to boot (did pigs start to fly, or something?). A brooch / pin, made for someone in particular, and representing a particular cat. An interesting case of creating with constraints, not only theme-related, but also practical, as my studio is still not settled, meaning all my stuff is still in boxes (open and more or less pre-sorted), meaning it can be hard to find said stuff. Still, let’s talk a little about the process, shall we?

Pour qui ? For whom?

Diane Gilleland, du blog Craftypod. En allant au festival Maker Faire de San Mateo le week-end dernier (grande célébration du DIY – Do It Yourself sous toutes ses formes), je savais que j’allais probablement la croiser pour la première fois, et j’avais envie de lui offrir un petit quelque chose pour la remercier pour son podcast, que j’ai toujours plaisir à écouter, et parce qu’elle a toujours été un bon prof lorsque j’ai suivi certains de ses cours en ligne. Et aussi pour la féliciter de son tout nouveau poste de rédacteur en chef du blog craftzine ! Alors, quel petit cadeau lui faire ?

Diane Gilleland, of Craftypod. By going to the San Mateo Maker Faire festival last week-end, this big celebration of everything DIY, I knew I had a good chance to meet her for the first time, and I wanted to offer her a little something, to thank her for being an interesting podcaster and a good teacher (I followed some of her online classes), and to congratulate her on her a brand new job as Craftzine editor-in-chief.

Trouver l’idée / Finding the idea

Alors là… facile. Pushkin, le chat de Diane, apparaît régulièrement en filigrane de son blog. Je crois qu’on peut dire que nous sommes toutes les deux des “cat ladies” (l’expression complète habituelle étant “crazy cat lady”, mais abrégeons). Un petit quelque chose en forme de chat paraissait donc une idée assez logique. Et si possible en forme de son chat à elle. Tope-là.

Seriously? Easy peasy. Pushkin, her cat, appears in her blog on a regular basis. I think we both fit in the “cat lady” category (let’s be nice and skip the “crazy” part). A little cat shaped something seemed to be an obvious idea. And possibly in the shape of her own cat. Let’s do it.

Se documenter / Finding reference material

Croyez le ou non, pour trouver des photos de référence, même pas la peine d’écumer Craftypod. Il suffit de taper “Pushkin Gilleland” dans Google, et voilà, il y a tout ce qu’il faut, notamment dans ce post de 2009 sur le blog Craftzine. Les photos laissent planer un léger doute sur la couleur exacte de Pushkin : gris-gris ou un peu noir ? gris tirant sur le marron ? J’ai tranché pour le gris-gris. Et la seule chose qui ne fait aucun doute, c’est que monsieur a clairement du poil dans les oreilles, ce qui n’est pas tombé dans l’oreille d’une sourde (ou l’oeil d’une aveugle. Bref).

Believe it or not, to find reference pictures, you don’t even need to patiently skim through her blog. Just google “Pushkin Gilleland”, and here are the pictures, for instance, in that nice 2009 Craftzine post. The only doubt I had by looking at those pictures were about the exact color of Pushkin: is it gray-gray or blackish? or a kind of brownish gray? I voted gray-gray (and noticed for sure that Mister Pushkin Gilleland has impressive ear-fur tufts).

 

 

 

Choisir une forme et une technique / Deciding technical details

La limite entre bonne idée et *fausse* bonne idée est ténue, très ténue. Pour ma dernière collection de bijoux autour des contes de fée, j’avais créé une bague Chat Botté en tissu rembourré façon doudou, j’aime beaucoup ce principe qui me permet d’utiliser des tissus sophistiqués (tissu de chemise tout doux, lainage de costume…), contrastant avec le côté enfantin du thème. “Pushkiniser” le design de cette bague et en faire une broche, en voilà une bonne idée, non ? Haha. Non. *Fausse* bonne idée. Le design pushkinisé s’adapte mal à cette technique, comme en témoigne le résultat. Aïe. C’est bien raté quand même, comme le confirme mon chat, qui a des goûts très sûrs, et a fait valdinguer ce premier prototype d’un coup de patte implacable quand j’ai voulu le prendre en photo. Message reçu.

The limit between a good idea and a *false* good idea is oh so thin. For my last Fairy Tales inspired textile jewelry collection, I created a Puss’n'Boots ring, softy style: I love how it allows me to use sophisticated fabrics (very soft shirt fabric, or thin and drapey costume wool fabric…), contrasting with a more childlike theme. “Pushkinizing” the design, and make a pin out of it, that sounds like such a good idea, right? Haha. No, it’s not. *False* good idea, typical one. This technic is far from being ideal with a pushkinized version of the design. See for yourself. It does look bad, as my cat and her impeccable tastes confirm (an unsparing blow of paw sent it flying to the ground when I tried to take a picture of it. Message duly received).


J’avais donc le choix entre modifier le design pour l’adapter à la technique (pas assez de temps), ou changer de technique. J’ai remplacé le tissu par de la feutrine, en travaillant à plat, et entièrement à la main, activité que je trouve décidément toujours aussi agréable parce que minutieuse, et apaisante, même (sauf peut-être lorsque le fil, nettement moins zen, décide de se transformer en inextricable sac de noeuds).

So, I had the choice between adapting the design to the technic (too little time), or choose a new technic. I replaced fabric with felt, and worked on flat layers, entirely by hand. It’s so nice to sew by hand because it allows you to be meticulous, it’s even soothing (except perhaps when an obviously not-so-zen thread decides to create a whole collection of inextricable knots).


 

Voici donc le résultat, une broche Pushkin en feutrine, avec son petit collier à médaille, qui s’est avéré parfaitement assorti au tee-shirt et à l’étui du téléphone de Diane quand elle l’a épinglée, aussitôt reçue. Et le fait que ce soit justement assorti n’est même pas complètement un hasard, mais je passe sur les détails… de mon obsession du détail.

Here’s the result. A felt Pushkin pin, with a little medal and a pink collar, perfectly matching the pink of Diane’s tee-shirt and cell phone case. Which is not even a complete chance, but let’s skip some details about my obsession… for details.